Partagez | 
 

 ► S. Samuel JAMESON ▬ Qui est partant pour un verre ? ◄

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
S. Samuel Jameson
Human - Apple's eater
avatar
. : By the Lord, I'm Guilty.
Avatar : Jensen Ackles
Messages : 15
Points : 24


Feuille de personnage
Age du personnage: 33 ans
Pouvoirs:
Rumeurs:

MessageSujet: ► S. Samuel JAMESON ▬ Qui est partant pour un verre ? ◄   Ven 17 Avr - 19:14

Samuel J.
Humain - Feat. Jensen Ackles

Nom complet : S. Samuel JAMESON
Âge : 33 ans
Métier : Écrivain. Enfin, essaye
Caractère :  Lunatique, Bon, Alcoolique, Inspiré, Méfiant, Amical, Morbide, Croyant.

S. Samuel. Ce n'est pas ce que l'on pourrait croire. Samuel est un nom d'emprunt, celui par lequel il a choisit qu'on l'appelle. Le S n'est qu'une lettre, l'initiale de son prénom véritable, celui qu'il n'a jamais connu. Il l'a longtemps cherché mais n'a jamais pu savoir, son tout premier parent, le prêtre, étant le seul a le connaitre. C'est ainsi qu'il se nomma Samuel depuis son enfance. D'ailleurs, elle ne fut pas parfaite. Abandonné à la naissance dans une église, il fut élevé durant ses premières années par le prêtre avant d'être finalement envoyé dans un orphelinat pour garçon à l'âge de 4 ans quand le religieux fut décéda d'une crise cardiaque. Il y resta jusqu'à ses 18 ans sans que jamais aucune de ses familles d’accueils ne le gardent plus de quelques semaines, effrayées par cet étrange garçon. Depuis tout jeune, il est sujet à des visions, des hallucinations aussi étranges qu'improbables en passant par les tortures sanglantes, les meurtres et les petites sphères avec des ailes. Ses hallucinations glauques n'aidaient pas à son intégration. Elles ne surviennent pas par crise, c'est quelque chose de constant, de passif, et qui n'a pour lui que peu de sens la plupart du temps.

Il vécu donc seul en quelques sortes jusqu'à ce qu'il puisse finalement partir. Se trouvant un petit appartement à Las Vegas et un boulot d'à point pour commencer. Le soucis c'est qu'en grandissant, ses hallucinations prenaient de plus en plus de place dans sa vie au point qu'il devait les écrire pour se débarrasser des images et des migraines mais bien vite, aux alentours de ses 25 ans, il dû ajouter à ça d'autres solutions. D'abord la drogue, pas son truc, puis finalement l'alcool qu'il adopta de façon durable, seul moyen de calmer les migraines. Il aurait pu se rendre dans un hôpital pour se faire aider mais personne n'était assez proche de lui pour l'y pousser et il ne voulait certainement pas qu'on l'enferme, il en avait déjà eu assez avec l'orphelinat et tant qu'il pouvait se gérer, il éviterait ça. Ne pouvant garder un job fixe avec ce train de vie, il décida d'exploiter ses écrits salvateurs et d'en faire des romans qu'il fit publier. Il fallut du temps, quelques années dures à vivre, mais ça paya. Oh il n'est pas riche, mais il peut vivre assez confortablement.

Avec l'argent qu'il reçu au début il déménagea à la Nouvelle Orléans, espérant pouvoir se fondre dans la masse. Continuant d'écrire ses pensées morbides, de les publier, il loue actuellement un appartement en ville et vit plutôt bien malgré qu'il soit un stéréotype de l'écrivain alcoolique sauf que dans son cas, ce n'est pas la dépression qui le pousse à boire.



Un grognement sortit de sous les draps et nonchalamment, il roula sur le dos pour pouvoir respirer. La torpeur dans laquelle il était plongé n'était pas désagréable et il se surprit avec un sourire flottant sur ses lèvres. C'est ce qui le ramena à la réalité. Ça, et le froid qui régnait dans la pièce. Il passa sa main dans la courbe du matelas qui avait accueillit un deuxième corps tant de temps auparavant qu'il n'en avait plus aucun souvenir. Il regarda la place vide, un petit pincement au cœur. Il se redressa, frissonnant. Il n'avait pas fermé la fenêtre de la journée, laissant entrer l'air frais dans la chambre et jouer avec les draps. Il en prit un et enroula ses hanches, se traîna jusqu'à la fenêtre et la ferma. Son regard dériva quelques instants sur le paysage nocturne puis il se détourna. Le silence régnait et une angoisse lui tordit le ventre. De nouveau, il n'avait fait que se prélasser dans son lit. Ou plutôt s'était caché sous ses draps, tentant de s'isolé le plus possible du reste du monde. Cela faisait bien deux jours et deux nuits qu'il n'avait pas fermé l’œil et avait espéré tomber dans un lourd sommeil où il aurait put être tranquille le temps de quelques heures en étant ainsi emmitouflé. Mais une fois encore, le sommeil le fuyait. A croire que ce dernier aidait son esprit malade à le tourmenter.

Se traînant jusqu'à sa cuisine, il engloutit une tranche de pain, avala le fond des quelques bouteilles de bières qui traînaient un peu partout et se glissa sous une douche bouillante. Les volutes de buée dansant devant ses yeux semblaient dessiner les beautés du monde qui d'ordinaire lui étaient refusés. Mais pas ce soir. Pas cette nuit.
Et pourtant. Très vite, ces beautés disparaissent, le laissant seul sous un jet d'eau bouillant. Quand il retourna dans son appartement, il remarqua tout de suite que quelque chose avait changé. Il semblait faire beaucoup plus froid encore que la saison en le permettait. Et même si la nuit était tombée depuis quelque heure, ce froid abyssale n'avait rien de naturel. Voire même était si peu naturel qu'il n'était pas présent. Il doutait : Réalité, ou expression de ses folies ? Avant d'en avoir le cœur net, il avait prit sa veste et avait fui son appartement.
Hors de question qu'il n'y retourne. Pas maintenant. Pas alors qu'on revenait le hanter. Pas maintenant.

Ses jambes bougeait d'elles-mêmes. Alors qu'une voix douce de femme chuchotait des obscénités à son oreille, il se laissa se perdre dans le labyrinthe tortueux que formaient les rues de cette ville. Malheureusement, son corps était bien trop habitué à ces nuits qui se ressemblaient toutes, et il se retrouva très vite non loin du bar de son amie Helena. Amie qui l'était devenue par la force des choses la pauvre. D'ailleurs, il se devait de prendre ses distances. Même si elle ne l'avouerais jamais, il savait très bien qu'il l'ennuyait plus qu'autre chose avec ces histoire, ces passions et ses écrits. Alors il tourna les talons, fuyant.
Que fuyait-il exactement ? Il ne le savait lui même. La voix de cette femme, toujours à son oreille ? Ce môme riant aux éclats au détour d'une ruelle, le pointant du doigt ? Ces cris d'homme suppliant qu'on le laisse tranquille, voix résonnant dans sa tête ?

Il entra en trombe dans un commerce encore ouvert. Ne faisant pas attention au commerçant lui souhaitant le bonsoir, il prit deux bouteille de Whisky. Mieux valait qu'il soit prévoyant. Fébrile, il paya et à peine le seuil du commerce franchit, alors qu'une bourrasque lui fouettait le visage, il dévissa le bouchon de la bouteille et pris trois grosses gorgées. La chaleur de l'alcool lui agressa le palais, brûlant son œsophage et disparu dans son estomac vide. Toujours sourd aux appels désespérés qui lui vrillaient pourtant les oreilles, il reprit sa marche, bouteille visée au bec comme si sa vie en dépendait. Peut-être était-ce le cas après tout. Qu'était-il pour juger ainsi l'oeuvre du Seigneur ? Il n'avait pas a remettre en doute ce qu'il vivait. C'était Sa volonté et il ne devait se battre contre.

Une voiture klaxonna et un homme l'insulta alors qu'il était au beau milieu du passage piéton. Comme seul réponse, il lui balança la bouteille désormais vide à travers le pare-brise et détalla avant de voir l'effet que sa réaction allait produire. Mais maintenant qu'il était lancé, il ne pouvait plus se stopper. Ses jambes ne lui obéissaient plus, sa main restait crispée sur la seconde bouteille toujours dans son sac et son cœur battait la chamade. L'angoisse ne le quittait plus. Quand exactement s'était-elle installée, il ne saurait le dire avec exactitude. Il savait juste qu'elle était désormais présente et ne bougerait plus. C'est quand il trébucha contre un trottoir qu'il ralentit brutalement. La rue était vide, son esprit était vide, la bouteille était pleine. Tant mieux ! Il se traîna jusqu'à un mur auquel il s'adossa, a bout de souffle, avant de porter la seconde bouteille a ses lèvres. Il prit une autre grande gorgée, fermant les yeux en prenant un malin plaisir à ressentir son corps se rebeller contre les sévices qu'il lui faisait subir. Quand il les rouvrit, des étoiles dansaient devant ses yeux et la paysage tournoyait. Peut-être aurait-il du acheter quelque chose à grignoter finalement. Il voulut repartir mais il trébucha de nouveau, son corps subissant l'alcool sans qu'il n'en prenne conscience. Et si tu te grillais une clope, histoire de t'enflammer ?

Il secoua la tête pour faire taire cette voix si douce. Il ne chercha pas a comprendre d'où elle provenait. Il s'aida du mur pour se redresser et tituba dans une ruelle non loin de là. Et alors qu'il prenait une autre gorgée à l'entrée de cette ruelle mal éclairée, des bruits de luttes lui parvinrent. Il porta son attention non loin de lui où s'affairaient trois hommes... ou trois femmes, l'alcool lui jouait des tours. Par contre, il savait exactement ce qu'il se passait : Ces trois personnes étaient en train de passer a tabac une quatrième à l'aide de battes de base-ball ainsi que d'ample coups de pieds. Il plissa des yeux et lâcha un "Hey, vous faîtes quoi là ?!" un peu trop sur à son gout. En effet, voilà qu'il avait attiré l'attention des agresseurs sur lui. Il déglutit en les voyant courir dans sa direction et n'eu comme seule réaction que s'écarter pour se coller contre le mur. Avec un peu de chance, ils n'allaient pas trop le frapper. Mais contre toute attente, les agresseurs passèrent devant lui sans même le voir pour disparaître au loin.
Il prit une grande inspiration - quand avait-il cesser de respirer ? - et resta quelques instants sans bouger. Puis il termina la bouteille, la jeta au loin et accourut près du corps. Son cœur voulut se faire la malle en voyant qu'ils s'étaient tellement acharnés sur lui que son visage couvert de sang et tellement abimé qu'il en était totalement méconnaissable. Tremblant, il ne su vraiment quoi faire, prenant sont téléphone dans l'espoir de trouver de l'aide. Il composa le numéro des urgences.

" - 911, quelle est la raison de votre appel ? "
- Il.... il y a eu une agression. Y a du sang partout, je-je-je....
" - Calmez-vous monsieur. Etes-vous blesser ? "
- Non non, c'est pas moi, un pauvre gars. Il y avait trois personnes avec des battes de base-ball, ils l'ont frappés et... Oh mon Dieu, il y a tellement de sang !
" - Est-ce que vous connaissez la victime ? "
- Pas du tout, je passais par hasard et...


Tout en parlant, il fouillait les poches du pauvre malheureux qui semblait ne plus respirer... Aucune mauvaise pensée, il ne lui faisait pas les poches pour le voler, mais pour trouver sa carte d'idée, une carte de donneur pour savoir des informations qui auraient pu aider les secours, ce genre de choses.

" - Monsieur, vous-êtes toujours là ? "
- Oui oui.
" - Où êtes-vous ? "
- J'en sais rien, a quelques rues du Taylor park je dirais.
" - Surtout en bougez pas, je vous localise et l'ambulance est chemin. "
- Ah ! J'ai son porte feuille ! Il s’appelle...


Il se tut et le téléphone lui glissa des mains, tombant dans la flaque de sang qui s’étalait lentement autour du corps inanimé. Qui aurait cru qu'un seul corps pouvait contenir autant de sang ? Mais loin de lui cette idée. Toute son attention était portée sur cette carte d'identité qui serait dans ses doigts tremblants. Il se redressa. C'était impossible, tout simplement. Ça ne pouvait être vrai. Ses doigts tâtèrent à la recherche de son propre porte-feuille et en sortit sa propre carte d'identité. Même taille, même couleur, même photo, même personne. S. Samuel JAMESON. Il avait désormais en mains deux exemplaires de sa preuve d'existence.

Quelque chose lui agrippa la jambe et il poussa un cris. Le corps n'était plus si mort, il le fixait, les yeux injectés de sang et Samuel du se rendre à l'évidence que c'était en effet lui qui se vidait de son sang à ses pied. Son alter-égo lui hurla quelques mots incompréhensibles mais lui n'en pouvait supporter d'avantage. Il tourna les talons et déguerpit le plus vite possible.


Quand il se retrouva dans son appartement, le sang qui tachait encore son pantalon quelques minutes plus tôt avait désormais disparu. Il sentait bien que ces nerfs étaient sur le point de le lâcher, et des sanglots sans larmes commençait à le secouer. Les bouteilles de bières vides furent balancés sur les murs, les meubles renversés et quelques vêtements déchirés. Il trébucha de nouveau - a croire qu'il ne savait tenir sur ses jambes -, tombant sur son lit. C'est a ce moment là que toute la fatigue qu'il accumulait le submergea et il s'endormit presque instantanément d'un sommeil de plomb et certainement loin d'être réparateur.


Prénom/pseudo, âge: Eowin, 20 ans, vaccinée, percée, tatouée, à faire piquer.
Avec quoi fabrique-t-on un placard? Tranches de pain avec de la crème fraîche. Bordel c'que c'est pratique pour les vis du placard.
Comment avez vous connu ce forum? Y avait de la lumière, je suis rentrée. ( Enfin, disons que Jeremiah a sortit le fouet pour me faire venir. Et il sait à quel point je peux aimer le fouet -w- )
Acceptez-vous l'intervention du MJ dans vos rp? Viens mon frère, amusons-nous !
Autre chose à déclarer? Non m'sieur l'officier. c'est pas bientôt fini ces questions ? J'peux partir ?
Revenir en haut Aller en bas
Jeremiah D. Griffith
Witch - Guardian of the Earth
avatar
. :
Avatar : Chris Evans
Messages : 172
Points : 76


Feuille de personnage
Age du personnage: 33 ans
Pouvoirs:
Rumeurs:

MessageSujet: Re: ► S. Samuel JAMESON ▬ Qui est partant pour un verre ? ◄   Ven 17 Avr - 19:22

Mouaaaaaahahahahahaha Fouet
Oui, c'est fini, va faire ton café et fait le rp! \o/ *est content*


Revenir en haut Aller en bas
S. Samuel Jameson
Human - Apple's eater
avatar
. : By the Lord, I'm Guilty.
Avatar : Jensen Ackles
Messages : 15
Points : 24


Feuille de personnage
Age du personnage: 33 ans
Pouvoirs:
Rumeurs:

MessageSujet: Re: ► S. Samuel JAMESON ▬ Qui est partant pour un verre ? ◄   Ven 17 Avr - 19:34

Ok.

Alors c'buenooooooo~

Casserole


Revenir en haut Aller en bas
Jeremiah D. Griffith
Witch - Guardian of the Earth
avatar
. :
Avatar : Chris Evans
Messages : 172
Points : 76


Feuille de personnage
Age du personnage: 33 ans
Pouvoirs:
Rumeurs:

MessageSujet: Re: ► S. Samuel JAMESON ▬ Qui est partant pour un verre ? ◄   Ven 17 Avr - 19:49

Oh yeaaaaaaaaaaaaaaaah (oui, on va faire semblant que tu viens de le faire parce que voilà MDR) Validatiooooooooooon!

Bienvenue!


Ton personnage est validé! Félicitations! Tu peux désormais commencer ton aventure épique sur New Orleans en ouvrant tes sujets de rp et de liens, en faisant ajouter ton avatar à la liste qui est et en remplissant bien ton profil ainsi que ta fiche de personnage. Pense à nous prévenir ici s'il t'arrive de t'absenter. Si tu as des questions ou quoi que se soit, n'hésite pas à t'adresser au staff!

Et en guise de bienvenue, tu gagnes 20 points pour avoir été validé! Si c'est pas beau!

Bon jeu! Superman


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: ► S. Samuel JAMESON ▬ Qui est partant pour un verre ? ◄   

Revenir en haut Aller en bas
 

► S. Samuel JAMESON ▬ Qui est partant pour un verre ? ◄

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

NEW ORLEANS - « The occult side » :: Nos validés+