Partagez | 
 

 Talk. So easy to say. - Feat. Kyra Matthews

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jeremiah D. Griffith
Witch - Guardian of the Earth
avatar
. :
Avatar : Chris Evans
Messages : 172
Points : 76


Feuille de personnage
Age du personnage: 33 ans
Pouvoirs:
Rumeurs:

MessageSujet: Talk. So easy to say. - Feat. Kyra Matthews   Ven 20 Mar - 0:30

Talk. So easy to say.
Feat. Kyra Matthews


Honnêtement? Disons que le manque de sommeil est un problème. C'est pas une blague. Quatre jours. Quatre foutus jours depuis qu'il était retombé sur... Elle. La première nuit il n'avait pas fermé l’œil et lorsqu'il avait réussit à s'endormir, le bruit des passants et de la police l'avait réveillé. Pourquoi ce bordel? Une ruelle saccagée, il parait, et personne à blâmer. Jer' ne comptait certainement pas se dénoncer et si ça avait commencé avec une benne à ordure oblitérée, il n'avait pu s’arrêter que lorsque tout dans cette ruelle ne soit détruit. Si son corps c'était calmé et s'il souhait arrêter, son esprit lui en avait décidé autrement, tout autant que son pouvoir qui semblait simplement avoir prit sur lui d'exprimer toute la colère engrangée en deux ans. La seconde nuit et les suivantes furent illustrées de nombreux sursauts et mauvais rêves partagés entre peur de détruire encore et Kyra. Bref, en ce quatrième jour des festivités, Jer' n'était pas vraiment en forme. Prenant sur lui de retarder le boulot il estima que sa réceptionniste, Jessy, était tout à fait apte à faire l'ouverture et il décida de rester au lit, même sans dormir, il avait besoin de se reposer. Et puis au pire il n'y avait que deux étages entre eux, elle pouvait toujours le faire descendre, quoi qu'il espérait qu'elle n'en fasse rien.

S'extirpant de sous la couette après deux bonnes heures à fixer le plafond, Jer' était sortit, juste sortit, sans rien dire, profitant sans même le vouloir que Jessy soit ailleurs pour passer. Négligeait n'était pas le mot approprié pour le décrire à ce moment. Sa tenue était tout ce qu'il y avait de plus normal, sa démarche aussi, seuls son regard fatigué et les fines cernes sous ses yeux prouvaient quelque chose. Descendant la rue, il marcha en silence parmi les touristes jusqu'à ce que ses pas ne le mène à la cathédrale St. Louis. Jaugeant la structure blanche, il s'en éloigna pour traverser la cours d'arme et entrer dans le square. L'heure du déjeuner était passée et les gens présents ici étaient soient juste de passage, soit en pleine sieste. Quittant le chemin, il passa sur l'herbe et alla se trouver l'une des rares places tranquilles dans le coin et se posa par terre, à l'ombre d'un arbre, isolé mais pas trop. Tirant de sa poche son téléphone et ses écouteurs, il brancha l'un à l'autre et les fourra dans ses oreilles, humant l'air sans grande conviction, appuyant son dos contre le solide tronc et ferma les yeux, sentant la lumière du soleil à travers ses paupières... jusqu'à ce qu'une ombre ne vienne la cacher.


Revenir en haut Aller en bas
Kyra Matthews
Temptress - You'll succomb to me
avatar
. :
Avatar : Nina Dobrev
Messages : 46
Points : 59


Feuille de personnage
Age du personnage: 25 / 527 ans
Pouvoirs:
Rumeurs:

MessageSujet: Re: Talk. So easy to say. - Feat. Kyra Matthews   Ven 20 Mar - 1:09

TALK. SO EASY TO SAY.
jeremiah ∞ kyra

Quatre jours que je ne dormais plus, j'avais une tête de déterrée. Un peu plus et on pourrait croire que je suis une morte vivante. Pensai-je. Cela me fit rire intérieurement, seulement quelques secondes à peine, juste le temps que son visage ne revienne hanter mon esprit. J'avais honte, je me sentais tellement mal d'avoir pu réagir ainsi. Qu'est-ce que tu deviens ? Mais t'es conne ou quoi ma pauvre fille ? saleté de conscience, mais elle a raison. J'ai été débile de lui poser cette question, je n'ai pas réfléchi, je n'avais qu'une envie à ce moment là, savoir ce qu'il avait fait de sa vie, s'il m'avait oubliée, ou si au contraire, il pensait encore à moi... Il ne pense plus à toi, arrêtes de te faire des films ! Tu es partie, tant pis pour toi, tu ne sais pas ce que tu as perdu... Oh si, je le sais, je sais mieux que personne ce que j'ai perdu ce jour-là, ce que je n'aurai jamais dû faire ce matin là. Ces quelques mots qui ont changé nos vies à tout les deux, je ne rêve que d'une chose, pouvoir les effacer, revenir en arrière, ne jamais les écrire et surtout rester.

A cette seule pensée, je remis la couette sur ma tête afin de cacher le flot de larmes que je ne pouvais retenir. Je ne voulais pas qu'ils me voient, bien que je ne sois pas encore capable de dire si techniquement ils ont cette possibilité là, mais dans le doute, je me cachai, honteuse et triste.

Mon âme, déjà écorchée à vif, était comme brisée, comme si une partie de mon être n'existait plus. Cela faisait deux ans maintenant, que je tentai de vivre de cette manière, et jamais je n'aurai pensé qu'un jour, la douleur puisse se faire plus intense encore. Le quitter était une chose, se rendre compte qu'on l'a perdu en est une autre. Hurlant encore de douleur, ce flot intarissable de larmes s'écoulant doucement sur mes joues, j'eus une idée. Assez débile, peut-être, mais j'en avais besoin, et lui aussi, avait besoin de savoir, de connaître la vérité.

Tentant de me calmer en me disant que j'allai enfin le revoir, je me démêlai maladroitement les cheveux avant d'enfiler une tenue correcte. Je me passai de maquillage, prévoyant une nouvelle inondation d'ici peu. Une fille qui pleur, c'est pathétique, mais une fille qui fait couler son mascara en pleurant, c'est en dessous de tout. Mes bottines et ma veste enfilés, je mis par réflexe ma montre que je portai plus pour cacher mon tatouage que pour connaître l'heure. M'en rendant compte, je l'enlevai, la laissant tomber au sol afin de caresser ce motif. Trois lettres calligraphiées, qui ne me quitteraient plus jamais, ou du moins pas avant que je ne change de corps. Trois lettres qui symbolisaient tout pour moi, et que je n'avais jamais pu oublier. Jer'.

Reprenant conscience de ce que j'étais alors partie faire, je pris mes clés ainsi que mon téléphone que je glissai dans la poche de ma veste avant de claquer la porte de mon appartement, et me dirigeai ensuite jusqu'au Griffith Club. Je n'avais qu'une idée en tête, le confronter, et tout lui avouer, ou du moins la partie que j'avais le droit de lui avouer. De toute façon, mieux valait passer les détails démoniaques, il me prendrait certainement pour une cinglée, et quelque part il n'aurait pas tort.

Arrivée devant la porte du club, je le vis, et mon cœur rata un battement. Je restai tétanisée, tandis qu'il s'en allait. Je le suivis alors, sortant de ma torpeur, jusqu'au parc qui se trouvait non loin de là. Il ne m'avait pas vue, ne se doutait même pas que je puisse être là, derrière lui à le suivre comme une cinglée. Tu es cinglée. Oh, si j'avais voulu la sonner celle-là ! Il s’assit au pied d'un arbre et sortit ses écouteurs tandis que je m'approchai doucement, prise de panique. Pas qu'il me fasse peur, mais sa réaction me faisait complètement flipper, oui. Et voilà que je me trouvai là, face à lui. Ses yeux étaient clos, son visage détendu, il était magnifique.

- Bonjour, Jer'... tantai-je timidement. J'étais pétrifiée. Je dois avouer que je préférai de loin passer encore quelques années à être torturée aux Enfers que d'être rejeté par le seul homme que je n'avais jamais aimé. - Je... je suis... désolée, Jer'. continuai-je, me sentant obligée de le lui dire, parce-que je le pensai, parce-que j'étais perdue et ne savais finalement plus quoi lui dire maintenant que j'étais face à lui. - Pardonne-moi, je t'en supplie... soufflai-je. Ces quelques mots étaient presque inaudibles, comme si au fond de moi, je savais que ce que je désirai était impossible. - Je t'aime, Jer'. fini-je dans un murmure, tel qu'il était presque impossible qu'il ai pu entendre ces derniers mots.

Je fermai les yeux, tentant de retenir ce flot de larmes qui revenait à la charge, et pétrifiée, j'attendais ma sentence.
     
Code by Silver Lungs


until the love runs out
You want a love that consumes you, you want passion, and adventure and even a little danger. (⚡️) northern lights.
Revenir en haut Aller en bas
Jeremiah D. Griffith
Witch - Guardian of the Earth
avatar
. :
Avatar : Chris Evans
Messages : 172
Points : 76


Feuille de personnage
Age du personnage: 33 ans
Pouvoirs:
Rumeurs:

MessageSujet: Re: Talk. So easy to say. - Feat. Kyra Matthews   Ven 20 Mar - 1:31

Talk. So easy to say.
Feat. Kyra Matthews


Si l'ombre en soit ne l'avait pas plus dérangé que ça, la mettant sur le compte d'un nuage passager, c'est la voix qui le figea alors qu'il ouvrait les yeux et posait presque immédiatement son regard sur Kyra, debout devant lui. Il pu lire sans mal ses premiers mots sur ses lèvres avant de retirer ses écouteurs pour entendre qu'elle était désolée. Détournant le regard pour observer aux alentours plus pour réfléchir que pour véritablement observer, faisant ça pile au moment où ses derniers mots franchissaient ses lèvres tel un murmure perdu dans le vent de sorte qu'il n'en entendit pas un et ne la vit même pas les prononcer, il soupira. Tu parles d'une sortie détente. Elle le suppliait de le pardonner mais que pouvait-il lui répondre? Elle était à l'origine de tout ça, elle était fautive, elle était partie et n'était jamais revenue. Elle s'attendait à ce qu'il lui dise que tout irait bien? Non, certainement pas, et il pouvait le voir sur son visage, les yeux au bord des larmes. Jeremiah demeurait impassible, presque froid, comme si rien ne l'atteignait alors que c'était bien parce que ça l'atteignait qu'il ne laissait filtrer absolument rien.

Enroulant les écouteurs autour de ses doigts et fourrant le tout dans sa poche, Jer' s'aida de l'arbre pour se lever, prenant de fait un avantage en hauteur d'une à deux têtes. Il était bien plus grand qu'elle, c'était pas nouveau. Son regard rivé sur elle, il ressemblait plus à un implacable bourreau qu'à un homme déçu. Il était temps de le laisser sortir. - Tu... Tes excuses n'ont aucun sens pour moi. - Ça commençait bien. - Rien de ce que tu ne dis n'as de sens parce que je n'ai plus confiance. La confiance m'a quitté en même temps que toi ce matin là. - Deux ans, pourquoi est-ce que ça le touchait toujours autant? Au bout de tant de temps il aurait dû se remettre, la douleur aurait dû être apaisée, mais non, elle avait seulement été camouflée, refoulée, mise de côté pour ce jour. Jeremiah n'avait pas souvent vécu ce truc stupide et destructeur qu'on appelle l'amour et peut être, peut être, que c'était le genre de chose qui le fragilisait. Mais si ça l'affaiblissait, devait-il le garder?

Tu m'as trahis. - Tel un couperet tombant, sa phrase fut cinglante, dite sur un ton... Il n'avait pas crié, il n'avait pas haussé la voix, mais chaque mot avait hurlé. - Les mots ne ramènent pas la confiance lorsqu'elle est brisée, il faudra bien plus que ça. - Il se sentait tellement froid à l'idée de l'assaillir de mots si durs alors qu'elle était sur le point de craquer. Il se sentait si froid et pourtant, à cet instant, il s'en fichait. C'était nécessaire.


Revenir en haut Aller en bas
Kyra Matthews
Temptress - You'll succomb to me
avatar
. :
Avatar : Nina Dobrev
Messages : 46
Points : 59


Feuille de personnage
Age du personnage: 25 / 527 ans
Pouvoirs:
Rumeurs:

MessageSujet: Re: Talk. So easy to say. - Feat. Kyra Matthews   Ven 20 Mar - 2:05

TALK. SO EASY TO SAY.
jeremiah ∞ kyra

J'étais complètement dévastée. Il avait eut la réaction que je redoutai, et ses mots avaient littéralement transpercé mon cœur déjà en miettes. J'étais prête à m'effondrer, là, sur l'herbe du parc, me fichant complètement du regard des passants. Je voulais me laisser mourir, là, afin d'atténuer ma souffrance. Et puis je me rappelai que cela était impossible, que si mon corps n'était plus, mon âme elle devrait passer à un autre corps, encore et encore, jusqu'à la fin des temps.

Alors je pris mon courage à deux mains. Et malgré mes jambes flageolantes qui menaçaient de me lâcher à chaque seconde, j'ouvris enfin la bouche, tentant d'expliquer mon acte impardonnable.

- Je t'aime, Jer'. lui répétai-je alors, plus fort que la fois précédente, juste assez pour qu'il l'entende. - et je t'en prie, ne me coupe pas, écoute moi bien jusqu'au bout, je ne me sens pas la force de te le répéter une nouvelle fois. Je veux juste que tu m'écoutes, une bonne fois pour toute, qu'on en finisse avec tout ces non dits, avec toutes ces choses qui font que nous en sommes là aujourd'hui... Je n'étais pas sûre de moi du tout, et cela se sentait dans ma voix qui tremblait. Je pris alors une grande inspiration avant de tout lui dire. - Ce jour-là, j'étais la femme la plus heureuse qui soit. J'étais avec toi, et j'avais la possibilité de t'admirer durant ton sommeil. C'est d'ailleurs à ce moment là que tout à commencé. Je te regardai dormir Jer', et c'était la chose la plus belle que je n'avais jamais vu de toute ma vie. C'est à ce moment là, que j'en ai pris conscience, quand tout cet amour m'a transpercé le cœur de la manière la plus inattendu qui soit. Jamais je n'aurai pensé tomber amoureuse de toi Jer', jamais je n'aurai pensé avoir besoin de toi pour continuer de vivre. Pourtant ce matin là, c'est ce que j'ai réalisé, que si je restai, je ne pourrai plus jamais partir, et que si toi tu voulais me quitter, jamais je ne m'en remettrai. Alors j'ai paniqué... J'ai paniqué à l'idée de te perdre, et j'en ai conclu qu'il serait moins douloureux que je parte tout de suite, plutôt que d'attendre et de t'entendre prononcer ces mots. Je m'arrêtai un instant, reprenant mon souffle, jaugeant son regard. Je fus prise d'une envie pour le moment interdite lorsque nos regards se croisèrent, et décidai de continuer, m'évitant de penser de cette manière à ses lèvres que je savais si douces.

- Pour faire court, je ne savais pas ce que tu attendais de moi, je ne savais plus ce que je devais faire, j'ai paniqué, je suis partie, et je l'ai regretté aussitôt. Mais qu'aurais-tu pensé si deux jours après je m'étais présentée sur le pas de ta porte, la bouche en cœur ?

J'étais à bout de souffle, incapable de retenir plus longtemps ces larmes qui forçaient le passage depuis que j'avais aperçu Jeremiah à la sortie de son club. Alors je les libérai, les laissant rouler le long de mes joues, ne retenant que mes sanglots. J'attendais sa réaction, tremblante alors que je tentai de rester immobile. Plus rien ne pouvait me faire plus de mal encore que ce que j'avais vécu ces derniers jours désormais. Je l'avais perdu, tout était fini, et j'allai vivre une éternité aux Enfers, pour de vrai cette fois.
     
Code by Silver Lungs


until the love runs out
You want a love that consumes you, you want passion, and adventure and even a little danger. (⚡️) northern lights.
Revenir en haut Aller en bas
Jeremiah D. Griffith
Witch - Guardian of the Earth
avatar
. :
Avatar : Chris Evans
Messages : 172
Points : 76


Feuille de personnage
Age du personnage: 33 ans
Pouvoirs:
Rumeurs:

MessageSujet: Re: Talk. So easy to say. - Feat. Kyra Matthews   Ven 20 Mar - 2:36

Talk. So easy to say.
Feat. Kyra Matthews


Il ne dit rien, accédant à sa demande, la laissant parler, mais chaque mot qui sortait de sa bouche n'était que brûlure. Les deux premiers en particulier. Elle était partie par peur que lui ne la quitte. Mais pourquoi? Pour quelle raison? Elle était entrain de lui mettre la faute dessus alors qu'il n'avait jamais rien fait pour justifier telle débâcle. Ou alors c'était par peur d'être piégée avec lui? C'était quoi son problème? Il avait une tronche de psychopathe? Elle avait quand même pas pensé qu'il allait la séquestrer non? - Deux ans! - Ces mots étaient sortit sans qu'il ne les contrôle et le ton de sa voix, plus fort, avait attiré quelques regards mais il s'en fichait. - Je n'attendais rien de toi, Kyra. Je n'attendais rien de plus que ce qu'on avait parce que ce qu'on avait était suffisant. - Pourquoi en vouloir plus? Pour obligatoirement vouloir immédiatement plus? Pourquoi ne pas se contenter de ce que l'on a et attendre patiemment la suite, en profitant de chaque seconde jusqu'à l'obtenir? - Tu as déserté. Ça fait deux ans. Je t'ai cherché. Je t'ai appelé. Tu n'as jamais répondu. J'ai compris tu étais partis pour ne jamais revenir, j'ai mis juste trop de temps à l'accepter.

Un silence pesant c'était alors imposé, entre leurs regards et ceux des gens autour d'eux. Que croyaient-ils? Que c'était un spectacle de rue? Ils voulaient peut être les filmer et poster la vidéo sur Internet? Bizarrement, contrairement à quatre jours plus tôt, il ne sentait pas le déferlement arriver, comme si la dispute occupait chaque parcelle de son énergie, comme si l'effusion de pouvoir de cette nuit-là n'avait été qu'une soupape à tout ce qu'il aurait voulu dire mais n'avait pas laissé sortir. Il avait salement ignorés ses premiers mots, il les avait refoulés. Comment pourrait-il les accepter alors que sa colère démontrait seulement qu'il le ressentait aussi? Quoi qu'il ne l'admettrait jamais et que l'évoquer maintenant ne ferait qu’aggraver la situation. Jer' passa une main dans ses cheveux, inspirant longuement tout en faisant quelques pas en cercle sans s'éloigner. Il pouvait partir, il pouvait rester, ils pouvaient se battre pourquoi pas, il dirait pas non à quelque chose à frapper pour évacuer tout ce stress. Il irait probablement malmener un sac de sable en rentrant. Il revint enfin devant elle après d'interminables secondes. - Tu as choisi de partir. Tu as choisi de ne pas revenir. Tu regrettes? Tant mieux. - Méchanceté gratuite? S'il avait voulu être méchant il lui aurait dit que si elle était revenue, deux jours après, il lui aurait pardonné. Il lui aurait dit que si elle était revenue avant tout serait rentré dans l'ordre et que cette situation, leur dispute, n'était que sa faute et rien d'autre et qu'elle n'avait qu'à s'en prendre qu'à elle-même. Ce n'était pas son genre d'être cruel, et de toute façon, il n'en avait pas la force.

Tu veux le pardon? Tu veux ma confiance? Tu me connais... - Il laissa passer une seconde avant de reprendre. - Si tu veux récupérer tout ça, il te faudra le mériter.


Revenir en haut Aller en bas
Kyra Matthews
Temptress - You'll succomb to me
avatar
. :
Avatar : Nina Dobrev
Messages : 46
Points : 59


Feuille de personnage
Age du personnage: 25 / 527 ans
Pouvoirs:
Rumeurs:

MessageSujet: Re: Talk. So easy to say. - Feat. Kyra Matthews   Ven 20 Mar - 23:48

TALK. SO EASY TO SAY.
jeremiah ∞ kyra

La colère prenait le dessus, et si le flot salé ne s'arrêta pas, ce n'était pourtant plus de la tristesse qui m'animait, mais de la rage. Je n'étais pas en colère contre lui, mais contre moi, il avait raison, je n'aurai pas dû partir de cette manière, je n'aurai d'ailleurs même pas dû sortir avec lui, lui faire croire que notre histoire pouvait nous mener quelque part, car au final, si j'étais la plus malheureuse des femmes sur Terre de l'avoir perdu, c'est moi qui lui avait fait le plus de mal.

Je me risquai à poser ma main sur son torse, faute de pouvoir toucher son visage. Bien que je sois petite, cela m'était possible grâce aux talons que je portai et à sa façon de se tenir pour me parler en me regardant dans les yeux, mais la proximité de ses lèvres aurait été insoutenable. - Jer'... C'est, plus compliqué que ce que tu ne peux penser. Je m'en voulais, moi même je ne comprenais pas ce qui avait pu me passer par la tête ce matin-là, car au moment où nos regards s'étaient croisés quatre jours plus tôt, j'avais ressenti ce même frisson qui me parcourait autrefois lorsque nous étions tout les deux, un frisson grisant, agréable. - Tu n'étais absolument pas en cause, car bien que tu ne me le demande pas, je te connais assez pour savoir que tu t'es posé la question. Cela a avoir avec moi, avec mon histoire, avec qui je suis, avec cette partie de ma vie que je ne peux pas te révéler. Je suis... J'ai fait des choses, Jer', des choses dont je ne suis pas fière. J'en ai subi d'autres, que tu ne peux même pas imaginer. Et tout ça, toute cette partie de ma vie que je ne peux malheureusement pas laisser derrière moi, je ne peux t'en parler, je n'ai pas le droit de te le dire, de te l'expliquer. Mais il se peut qu'un jour, tu le découvres, et c'est de ça dont j'avais peur. Enfin, pas que tu le découvres, mais que tu me juges, et que tu me quittes, car je ne pense pas qu'il soit possible pour quiconque de pouvoir accepter de vivre, de faire sa vie avec une personne telle que moi.

J'étais à fleur de peau, sursautant à chaque craquement, à chaque bruit que j'entendais autour de nous. Je ne pouvais lui révéler mon état, et selon moi, ou du moins selon eux et leurs règles, j'en avais déjà trop dit... Je m'arrêtai donc, priant pour qu'il ne me demande pas de lui expliquer le fond de la chose. J'en avais envie pourtant, j'avais envie de lui crier que j'étais déjà morte et que je revenais tout droit des enfers et que cette seule vérité devrait le faire fuir en courant. J'avais envie de lui dire que je n'étais pas "fréquentable", que je n'étais pas non plus saine d'esprit, car j'en étais consciente, mais là encore, il aurait cherché plus loin, et qu'allai-je lui répondre alors ? J'ai été torturé pendant quelques centaines d'années, c'était un endroit horrible et bien trop chaud pour moi, en plus j'étais déjà morte, alors ils pouvaient me faire tout ce qu'ils voulaient sans craindre que leur jeu ne puisse s'arrêter un jour. Oh, tais-toi ! hurlai-je à ma conscience.

- Je t'en prie... lui dis-je, sans trop savoir pourquoi, sans trop savoir ce que j'attendais de lui au final. Je ne pouvais décemment pas lui demander d'accepter cette fatalité d'un claquement de doigts. Je ne pouvais pas non plus lui demander de tout reprendre là où nous nous étions arrêtés, et de faire comme s'il ne s'était rien passé.

- Peut-être que... peut-être, tu serais d'accord pour... je n'arrivai pas à finir ma phrase, me riant moi-même au nez rien qu'en y pensant. Mais il fallait que je le lui demande, chaque membre de mon corps hurlai, me priant de simplement lui poser la question. - Peut-être, pourrait-on tout recommencer, depuis le début ? Je veux dire... Comme si nous nous rencontrions pour la première fois ? J'étais morte de honte de lui poser cette question, car je savais qu'il allait hurler de rire et n'accèderait certainement pas à cette demande. C'était bien trop pour lui, et ça, je ne pouvais que le comprendre.
     
Code by Silver Lungs


until the love runs out
You want a love that consumes you, you want passion, and adventure and even a little danger. (⚡️) northern lights.
Revenir en haut Aller en bas
Jeremiah D. Griffith
Witch - Guardian of the Earth
avatar
. :
Avatar : Chris Evans
Messages : 172
Points : 76


Feuille de personnage
Age du personnage: 33 ans
Pouvoirs:
Rumeurs:

MessageSujet: Re: Talk. So easy to say. - Feat. Kyra Matthews   Sam 21 Mar - 0:59

Talk. So easy to say.
Feat. Kyra Matthews


Si le contact de sa main sur son torse propagea un frisson, il recula insensiblement, réflexe mu par la colère. Elle lui racontait quoi là? Encore des excuses? Des explications? Elle voulait quoi? Ne lui avait-il pas dit qu'il se contre fichait de ce qu'elle pouvait dire? Les mots ont plusieurs sens, tellement de sens. Un mot n'est qu'un son et n'importe quel son peut devenir n'importe quoi. L'action, voilà quelque chose de concret, une chose en laquelle il pouvait croire car définitive, stricte, radicale et véridique. Faisait-il preuve de fermeture d'esprit en pensant ça? Peut être. Ou pas. Après tout c'était sensé comme raisonnement. - Et alors tu vas faire quoi? Fuir toute ta vie sous prétexte que peut être, peut être, ça va mal se passer? - Savoir ce qui se cachait derrière ce côté sombre? Aucun interet, pas encore, pas maintenant. - Comment peux-tu supposer que la personne avec qui tu es va te rejeter alors que tu pars avant de pouvoir ne serait-ce qu'entrevoir qui elle est? Tu es seule et malheureuse parce que tu fuis, et pas parce que tu restes! - Au moins, ça, c'était fait.

Un rire. Sa question lui avait tiré un rire. Bon point? Non, probablement pas, car ce rire était froid, comme un rictus, comme ses lèvres se déformant. - Non. - Là encore, ce simple mot fendit l'air, glacial. - Dans quel monde vis-tu pour imaginer que tout peux disparaître et recommencer? - C'en était trop pour lui. Jeremiah tourna les talons et fit quelques pas avant de se retourner. - C'est arrivé, c'est un fait. Tu peux l'effacer? Et bien pas moi, et je suis même pas sûr d'en avoir envie. - Jer' la fixa, une seconde, avant de reprendre. - Il te faudra vivre avec ça, parce que c'est comme ça que les choses se passent lorsqu'elles sont brisées.- C'est sur ces mots qu'il se retourna et partit, les mains fourrées dans les poches, l'une d'elle serrant son téléphone avec une telle force que c'était un miracle qu'il n'ai pas cédé sous la pression. Il la laissait seule et en pleur, il lui tournait le dos, il s'en fichait. Cette colère n'était pas habituelle chez lui, il ne l'avait que rarement expérimenté, et honnêtement, il n'y tenait pas mais à cet instant il n'y pouvait rien. Il pouvait au moins être content que son pouvoir soit resté en sommeil, les dégâts auraient été dévastateurs ici.

Passant le portail du square et quittant le champ de vision de tous les spectateurs involontaires mais aussi celui de Kyra, il quitta l'espace public pour retourner jusque chez lui. Son pas était rapide et sa mine renfrognée. Empruntant les ruelles pour éviter le monde, le peu de malheureux qu'il croisa s'écartèrent sur son passage, intimidés par son regard. La colère se lisait sur son visage et personne ne semblait vouloir y être confronté. Judicieuse idée. Poussant la porte sans un mot ni un regard à Jessy, il gravit les marches quatre à quatre et claqua la porte de son appartement avant de se laisser tomber dans le canapé, allongé, la tête appuyée sur l'accoudoir. Il fixa le plafond tout en faisant tomber ses chaussures à l'aide de ses pieds et croisa les bras. Bordel! Il aurait aimé ne jamais la rencontrer!


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Talk. So easy to say. - Feat. Kyra Matthews   

Revenir en haut Aller en bas
 

Talk. So easy to say. - Feat. Kyra Matthews

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

NEW ORLEANS - « The occult side » :: New Orleans :: The French quarter. :: Jackson square+