Partagez | 
 

 Catfish Shack's

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Charles A. LeRoy
Deamon - Prince of darkness
avatar
Avatar : Matty Wong
Messages : 28
Points : 43


MessageSujet: Catfish Shack's   Ven 20 Mar - 5:04

Le Catfish Shack’s se situe en périphérie de la ville, le long d’un embranchement de la route 51, quelque part au sud du Ponchatoula et au nord du Lac Maurepas. On s’y gare sous les cyprès des marais, le long de la route de terre battue. Sa proximité avec le lac d’eau douce en fait un lieu particulièrement apprécié.

L’édifice a la taille et la superficie d’un bungalow. Son revêtement est vermoulu et l’enseigne de bois qui chapeaute le toit est illuminé par un simple spot de construction. Outre le nom du restaurant, elle présente un gros poisson chat. Le shack est séparé en trois parties. On y entre en faisant face au zinc. À gauche se trouve quelques tables et quelques banquettes. À droite il y a une table de billard.

L’endroit ne peut pas accueillir plus d’une 50aine de convives. Des gens du coin, des habitués. Ce n’est pas le type d’établissement qui figure dans les guides touristiques mais plutôt celui que recommande le pompiste de la station d’essence pour un petit gueuleton de fin de soirée. Il ouvre pour midi et il ferme lorsque les clients sont tous parti. Sa spécialité est le Gombo.

Le Catfish Shack’s est tenu par Alcid Kincaid et il emploi de 5 à 6 personnes selon la saison.

***

Basse saison. Les soirs de semaine sont toujours tranquilles… Quelques clients, personnes qui trainent vraiment après 10hpm. Alcid n’a pas hésité une seconde à confier la fermeture à son garçon de salle.

Sur le zinc sont rassemblés les salières, poivrière, porte serviette et tout un assortiment de pot de condiment qui attendent d’être remplis. Au centre de la pièce trône un seau d’eau savonneuse au milieu d’une flaque d’eau sale. Le stéréo crache du Tom Waits et au fond de la pièce un jeune homme s’active à laver le sol avec une mope de pont.

Charles s’est incarné dans ce corps  il y a 5ans. Il est bien rodé. Cajun, 19ans, bonne bouille. Rien ne trahit le démon en lui. On lui donnerait le bon dieu sans confession. L’âme en question s’est facilement résignée. Oh Corbett n’est pas un démon particulièrement mauvais. Pas dans ce sens-là. Il fait attention à ses hôtes.

Il entendit la porte moustiquaire claquer sur ses ressors.

- La cuisine et fermée! Annonça-t-il sans se retourner. Et croyez-moi, je serais heureux de vous servir au bar mais j’ai que 19ans et vous savez ce que c’est… Pas avant 21ans! Enfin… Si vous en avez vraiment besoin on peut peut-être s’arranger… Vous me payer d’avance avec un gros pourboire et vous servez vous-même…

Se retourna il détailla l’arrivant à qui il venait de faire cette alléchante proposition. Une forte pulsion de dégout le prit aux tripes.

- Est-ce que je vous connais?
Revenir en haut Aller en bas
Brian C. Harlan
Angel - Soldier of light
avatar
. :
Avatar : Tim Roth
Messages : 35
Points : 34


Feuille de personnage
Age du personnage: 51 ans
Pouvoirs:
Rumeurs:

MessageSujet: Re: Catfish Shack's   Sam 21 Mar - 4:34



Des symptômes. C'est ce qu'ils ont dit, les docteurs. Les symptômes, il connait ça, pourtant. Il y en a toujours lorsqu'on habite un nouveau corps. Mais cette fois, c'est différent. Habituellement, en quelques semaines, il arrive à redevenir à l'aise, à retrouver ses points de repères. Mais déjà plus d'un mois qu'il habite Brian et Braezel a encore des doutes sur sa personnalité. C'est normal, il y a toujours un moment ou tout ce qui flotte dnas le cerveau de l'hôte affecte l'âme angélique de Braezel, mais ça se dissipe habituellement en quelques jours. Il se surprend justement à fixer bêtement son reflet dans la glace. Enfin, celui de Brian. Brian avait quelques amis. De bons amis, qui viennent le voir, tenter de faire des blagues qu'il ne comprend pas. Il a bien quelques bribes des souvenirs de Brian, mais c'est confus. Il était pourtant doué à prendre rapidement le contrôle. Peut-être qu'il se fait vieux ? Ou alors il était nettement moins rétablit qu'il ne l'avait cru. Il aurait peut-être du écouter quand on lui a dit que c'était un peu prématuré... mais il s'emmerdait tellement en haut. À moins que ce soit les médecins qui lui aient dit ça... Braezel est un homme... un ange d'action et, d'après ce qu'il comprend de Brian, lui, il ne l'était pas tellement.

Il ne sait plus tout à fait qui il est... il sait par contre lorsque ses agissements sont contraire à ceux de Brian. On le dévisage, perplexe. Parfois ça fait plaisir, et parfois, on l'observe et on sourit gentiment, mais sans plaisir. Comme quand on trouve ça bizarre, mais qu'on ne veut pas effrayer personne. Les docteurs ont dit qu'il y aurait des séquelles.

- Bordel de merde... commente-t-il à haute voix.

Il se rend compte qu'il est dans une rue, en pleine nuit et qu'il n'est pas trop certain de savoir quelle rue c'est. Et pourtant, il est certain qu'il manque d'imagination. Non, Brian manque d'imagination... manquait... enfin, non, il n'est pas si tard... plus de minuit, mais tout de même... il a l'impression d'avoir somnolé, mais son esprit s'éclaircit. Il en a l'impression. Il regarde à gauche, il regarde à droite, puis devant lui. Le Catfish Shack's. Est-il déjà venu ici ? Sans doute. Brian ou Braezel ? Ou les deux ? Mais bon, puisqu'il y est, il pousse la porte et entre.

C'est vide. Presque vide. Y a qu'un garçon qui nettoie la place. Il recule d'un pas, se disant que c'est pas une bonne idée quand le garçon, sans se retourner, annonce que la cuisine est fermé, qu'il n'a que 19 ans et qu'il peuvent s'arranger pour boire quelque chose. Il le dévisage, perplexe, avant de jeter un coup d'oeil au zinc, puis il revient sur le gamin. Il éprouve un certain malaise de se retrouver en présence de ce jeune homme. Comme si ce n'était pas bien. Et l'effet semble s’exacerber èàs que le dit gamin se retourne. S'ils se connaissent ? Ma foi, il n'en sait rien.

- Je... je viens peut-être ici de temps en temps, propose Brian, conciliant malgré le dégoût qui tord sa lèvre supérieure. Nan, c'est pas le gamin, c'est le démon en dessous, Braezel sait ces choses-là. Il se dirige à pas lent, mais sans hésitation vers le zinc et sort son porte-feuille, avant de fouiller dedans, pour en sortir quelque billets. C'est quoi un gros pourboire pour quelqu'un qui en fait ne sert même pas ? Il marque une pause, comte quelques billets. Et pourquoi mentir sur son âge si c'est pour se rajeunir...  enfin, sauf les femmes à partir d'un certain âge... et t'as pas un certain âge... il tourne la tête et dévisage le garçon. Oui, mais comment il sait qu'il n'a pas l'âge qu'il prétend ? Ah, oui, c'est vrai, c'est pas un humain. Il est beaucoup plus vieux qu'il le prétend, ce garçon... mais lui aussi après tout.
Revenir en haut Aller en bas
Charles A. LeRoy
Deamon - Prince of darkness
avatar
Avatar : Matty Wong
Messages : 28
Points : 43


MessageSujet: Re: Catfish Shack's   Sam 21 Mar - 21:28

C’était quelque part à la limite de sa mémoire.

- Brian! S’exclama le jeune homme trop heureux d’avoir résolu l’énigme. Fichtre! Ça fait longtemps qu’on t’avait pas vu mon salaud!

Charles planta sa moppe dans le seau et rejoignit le client pour lui donner l’accolade. Il y avait quelque chose de changé. Brian était un brave type. Pas le genre influençable. De bonne compagnie. Alors que se passait-il? Il inspira profondément et se sentit une irrépressible envie d’éternuer. Il y avait de la plume là-dessous. Eh merde… Lui?

Corbett n’embêtait pas les anges pour le simple plaisir d’embêter les anges. Il ne leur laissait pas toute latitude mais il ne se mettait pas systématiquement en travers de leur chemin. Il avait autant d’intérêt pour l’humanité que ses alter egos. Un intérêt différent. C’était probablement ce qui faisait de Corbett un démon doué, prometteur, mais sans avenir.

- Brian! Serais-tu en train de sous-estimer la valeur de ma compagnie! Je t’ai connu plus sociable! Oui. Il l’avait connu. Mais ce n’était plus le même. Un gros pourboire est proportionnel à ta soif et à ta détermination à m’empêcher de travailler. Il regarda les billets avec envie. Avec ce 20$ tu peux profiter tu zinc toute la soirée vieux!

Corbett n’admettait jamais sa vrai nature. Jamais. Bon, tous les anges qu’il croisait percevaient une répulsion naturelle, mais son entêtement était un jeu. À ceux qui s’acharnait à lui balancer à la figure qu’il n’était pas humain, il déniait, il esquivait, il contestait, il justifiait, inventant des raisons, des excuses. Un jeu qui instillait un doute infime.

- Moi mentir? Brian! Je suis encore jeune, moi. Je n’ai pas encore été pervertie par ce genre de tendance!


Le jeune passa derrière le zinc et offrit une pinte vide au client. Il était sérieux, il ne le servirait pas. Corbett était respectueux de la loi. La loi, il en avait fait l’expérience, est au service de l’enfer. Puis il se remplit un panier de cacahouète en écaille et vint s’assoir à côté de son ancien client.

- On m’a dit que tu avais eu un accident causé par un opossum? Allez, raconte-moi! La dernière fois que je t’ai vu, ça fait quoi? Un mois? Pas plus de deux! T’étais ivre! Tu te souviens? Alcid tenait à ce que tu prennes le temps de cuver… J’avais dû organiser un commando et détourner son attention pour te les rendre!
Revenir en haut Aller en bas
Brian C. Harlan
Angel - Soldier of light
avatar
. :
Avatar : Tim Roth
Messages : 35
Points : 34


Feuille de personnage
Age du personnage: 51 ans
Pouvoirs:
Rumeurs:

MessageSujet: Re: Catfish Shack's   Dim 22 Mar - 1:52


Oui, c'est Brian. En effet, il venait ici, des bribes de souvenirs lui reviennent. C'est loin de chez lui pourtant. Il ne pouvait pas faire le trajet à pied, alors il venait en voiture. Il n'a plus de voiture, comment est-il venu ? Ah oui, à pied, ça explique pourquoi il faisait encore clair lorsqu'il est sorti. Brian n'a jamais trop bu. Il venait ici surtout pour la compagnie. Parce que autrement, il n'a que peu de compagnie. Quelques amis, quelques voisins... les gens sont gentils, mais il ne connait vraiment aucun.

- J'étais indisposé, dit-il, vaguement.

Un état semi-comateux, des tas d'os brisés, c'est pas vraiment une indisposition. Bon sang, il a oublié la chaise roulante... il sait pourtant qu'il devait rester assis. Oh bon sang, qu'est-ce que les docteurs vont penser quand ils vont remarquer que tous ses os sont maintenant très bien ressoudé... si bien que c'est comme s'il n'y avait jamais rien eu. Et ce garçon qui parle... c'est Charlie. Ah oui, Charlie.

- Je n'ai jamais été très sociable, Charlie, informe-t-il, cette fois d'un ton un peu plus affirmé.

Brian est un type discret et sans imagination. Il ne se mettait à parler que lorsqu'il avait bu quelques verres. Et pis bon, il n'avait pas grand chose à dire, en général. Il n'avait pas beaucoup d'imagination. Il ne buvait jamais trop. Bon d'accord, trop pour la limite permise pour conduire sa voiture, mais il était prudent. Kincaid l'était encore plus. Saoulant ce type. Dans tous les sens du terme. Oui, il se souvient de ce soir là. Il était presque deux heures quand il a fait démarrer sa voiture. C'est le soir.

- Ouais, je me souviens du commando. Mais tu n'aurais pas du, Charlie. Si tu n'avais pas désobéit à Kincaid, j'aurais fait mon avc ici plutôt qu'au moment ou j'évitais... enfin, non, j'ai tenté de l'éviter, mais je l'ai écrabouillé cet opossum... le pauvre...

Braezel avait soigner les dégâts de l'avc en premier. Mais réparer un cerveau, c'était toujours fastidieux, parce qu'un os, c'est un os, mais dans le ceru, y a des tas de trucs qui ne sont pas concret... des souvenirs, des pensées, des sentiments, des émotions... et quand la mécanique de ces trucs là est mal en point, il faut particulièrement savoir qui ont est. Et c'était bien là le problème de Brian et Braezel. Brian n'a pas touché à son verre. D'abord parce qu,il est vide. Ensuite parce qu'en même temps que les souvenirs refluent, il se retourne vers Charlie et le dévisage. Son regard pâle fixe Charlie sans ciller. Il n'a pas l'air furieux, mais peut-être une pointe de reproche.

- J'aurais pu soigner que mon cerveau, mais là je dois aussi soigner de multiples fractures et j'ai d'horribles douleurs au dos.

Il laisse un silence planer, puis il prend la pinte, se penche au-dessus du zinc et remplit sa pinte au fut de bière. Il se rassoit, avec un calme anxieux, puis il prend une gorgée de sa bière. Il ferme les yeux un instant, puis soupire.

- J'en avais pas bu depuis des années... soupire-t-il.
Revenir en haut Aller en bas
Charles A. LeRoy
Deamon - Prince of darkness
avatar
Avatar : Matty Wong
Messages : 28
Points : 43


MessageSujet: Re: Catfish Shack's   Dim 22 Mar - 4:17

- Ce n’est pas grave, je sais être sociable pour deux! Déclara le jeune homme en lui donnant une bourrade empreinte de testostérone. D’homme à homme! Aussi homme qu’on peut l’être à 19ans.

Et parce que Charles était Charles il alla directement à l’opossum.

- T’as écrabouillé un opossum? Eww!!! Mais il faut t’enlever ton permis tout de suite, c’est dégueulasse! Tu réalises que ces bestioles sont protégées et en voie d’extinction? C’est encore pire que Katrina. Tu sais que tu pourrais te ramasser directement en enfer pour ça?

Et d’un geste jalousement théâtral il récupéra son panier de cacahouètes.

- Non! Je ne partage pas mes cacahouètes avec un tueur d’opossum!


Le caractère insouciant de Charles charmait invariablement. Il semblait terriblement familier. Sa présence rendait l’endroit confortable. La légèreté de son humeur inspirait la détente.

- Comment t’as pu te remettre si vite?
Questionna-t-il, soupçonneux. Parce que t’es drôlement en forme pour quelqu’un qui est passé au travers d’un grave accident d’opossum et d’un avc.

Mine de rien, il mit de la distance entre eux. Il y a emplumé et emplumé… Certain montrait plus de ferveur que d’autre… Certain ne rigolait pas.

Les rives du lac Maurepas ont toujours servi de point de repère. Bien sûr en 300ans les rives d’un lac changent. Et puis commodément, un type avait installé son bar là-bas. Un bar, c’est plus simple à trouver qu’un arbre, une pierre ou une racine. Puis quand on y attendait quelqu’un, on pouvait le faire à l’abri, un verre à la main, un panier de cacahouète devant soit. Corbett y attendait quelqu’un depuis 10ans. Il y avait croisé plusieurs ange, mais jamais le bon.

Katrina avait été un désastre. Pas seulement pour les opossums. Bien des anges et des démons avaient morflés. Après une si longue absence, son vieil ami Braezel semblait avoir fait partie des pertes. Charles s’attardait néanmoins.

L’ange qui s’était incarné dans Brian aurait pu être lui. C’était possible. Mais comment le vérifier? Un ange est un ange mais il n’est pas nécessairement digne de confiance. Prudence. Braezel et lui n’avait jamais convenu d’un signal. Or Corbett s’était également ré-incarné récemment. L’un et l’autre ne pouvait pas se reconnaitre.

- Ouais… Ça descend bien n’est-ce pas? Approuva le jeune homme soudainement sérieux. Il réfléchit tout en écrasant des écailles sur le zinc. Depuis comment de temps au juste, tueur d'opossum? Demanda-t-il, étrécissant les yeux et inclinant la tête sur le côté.

Parce qu’ils avaient établit un instant plus tôt que Brian avait bu tout son saoul quelques semaines plus tôt, n’est-ce pas? L’ange semblait vouloir se révéler. Il y avait 2 raisons possible à cela, considérant qu’il n’y avait aucune âme en jeu dans un rayon de quelques km. Soit cet ange était là pour chasser du démon et lui faire sa fête. Soit c’était un Braezel inespéré et confus.
Revenir en haut Aller en bas
Brian C. Harlan
Angel - Soldier of light
avatar
. :
Avatar : Tim Roth
Messages : 35
Points : 34


Feuille de personnage
Age du personnage: 51 ans
Pouvoirs:
Rumeurs:

MessageSujet: Re: Catfish Shack's   Dim 22 Mar - 8:04



- Peu importe le permis, je peux pas conduire. Je suis en chaise roulante et j'ai plus de voiture, elle s'est enroulée autour du tronc d'un arbre juste avant d'entrer en ville.

Brian boit sa bière, tranquillement, lentement même. Il répond à Charlie comme si celui-ci se retrouvait devant lui et non à côté. Il a passé du temps à cet endroit exactement. Dans ces mêmes heures là. Il lève les yeux sur le miroir au-dessus des étagères à boissons. Mais le miroir ne renvoie pas la même image dont il a souvenir. En fait, il a plusieurs souvenirs... plusieurs visages. Le Catfish Shack's est ouvert depuis plusieurs décennies. Maintenant, il est usé, mais tout de même en bon état. Il croit se souvenir de l'endroit lorsque celui-ci était tout neuf.

- Katrina, répète-t-il sur un ton mauvais en réprimant un frisson. Il cache son malaise en prenant une autre gorgée de bière. Il secoue la tête. L'enfer ? Non, tuer un opossum par accident , surtout durant un avc n'envoie personne en Enfer, Charlie. Ni au Paradis d'ailleurs... ajoute-t-il, pensif.

Une autre gorgée de bière, il y reprenait goût. Comment il s'est remis si rapidement ? Brian ne s'est pas remis de cet accident. Il est mort, il y a trois semaines. Mais sa mort, comme tout ce qu'il a fait de vraiment bien sans sa vie, est passée totalement inaperçue. Braezel a prit sa place. Enfin, Brian a cédé sa place à Braezel. Il avait bien choisir Brian. Il avait de bonnes raisons de choisir Brian. L'homme était ingénieur. Il sait comment des tas de choses sont faites. Braezel s'est toujours intéressé à comment sont faites les choses. C'est pratique, utile, voir essentiel. Plus il est précis, plus ça dure, plus c'est vrai. Et depuis, l'ange  répare le corps du pauvre type.

- Oh mince, j'ai oublié la chaise roulante à la maison, commente-t-il, sans autre émotions apparentes que la vague idée qu'il a fait une bêtise.

Oui, il est supposé rester assis encore quelques temps, au moins le temps que ses os soient réparés... oui, bon, ils le sont déjà, mais pas de manière... comment dire, naturelle. Les médecins n'y croiraient pas et ils chercheraient des réponses, ça attirerait l'attention et... Brian eut un doute. Pourquoi ça poserait problème d'attirer l'attention ? Ah oui, parce que ce n'est pas du tout son genre d'attirer l'attention. Il n'a aucune imagination non plus.

- J'en sais rien, on est en quelle année déjà ? Ah oui, 2015... déjà tout ce temps ? C'était moins pénible avant... avant quoi déjà ? Oh bon sang, j'ai oublier la chaise roulante, dit-il avant e se lever précipitamment. Je peux pas me déplacer sans la chaise roulante, confirme-t-il en essayant de repartir, mais dans son empressement, il pousse sa pinte qui s'écrase presque à ses pieds. Je suis pas un tueur d'opossum. C'est Brian... il n'a pas fait exprès, il était en train de mourir... en essayant d'aller récupérer la chaise roulante, semble-t-il, il fait quelques pas dans la salle puis s'étale de tout son long, comme si ses jambes avaient soudainement cessé de marcher. je peux pas marcher... il a donné un coup de volant pour l'éviter... faut que je récupère la chaise roulante... répète-t-il en tentant de s'éloigner, mais de toute évidence, ses jambes ne semblent plus fonctionnelles.

Il ne semble pas s'en rendre compte, puisqu'il essaie d'avancer tout de même, rampant sur le sol. Il se démène comme il peut, mais ça ne l'avance pas à grand chose.

- Il roulait sur la route, puis j'ai vu une grand lumière. Pourquoi ça fait si mal ? C'est pas comme ça qu'elle était la Bête. Elle était pas à côté de moi. C'était pas moi, c'était l'autre. Comment on fait pour marcher ? interroge-t-il en s'assoyant puisque visiblement, il ne marche plus.

Son teint déjà pas très foncé vire soudainement au blanchâtre. Il ne parle plus, durant quelques secondes et il est soudainement agité de spasmes, ou peut-être de tremblements.

- Pourquoi je suis parti sans la chaise ? Je dois rester assis encore un peu, sinon, ils vont dire quoi les docteurs ? C'est pas normal, ça, non pas normal du tout.

Brian n'avait aucune imagination. Braezel en a, beaucoup en fait, mais il est dnas le cerveau pas encore tout à fait sain de Brian et c'est difficile. Il aurait du rester assis encore un peu. Un mois ou deux de plus.
Revenir en haut Aller en bas
Charles A. LeRoy
Deamon - Prince of darkness
avatar
Avatar : Matty Wong
Messages : 28
Points : 43


MessageSujet: Re: Catfish Shack's   Mar 24 Mar - 5:29

Charles détailla l’ange de pieds en cap. Ok… Il était pourtant entré sur ses deux pieds sans même boitiller un peu. Étrange… Mais plus étrange encore, le voilà qui s’énerve, qui s’étale et qui débloque complètement. Ok! Du haut de son tabouret, Charles regarde la scène. Il commenta stoïquement :

- Ok…

Bon… être une créature charitable, il irait l’aider… Parce que visiblement l’ange qui s’est incarné dans Brian a du mal à remplir les coins. Le problème, c’est que si c’était Brian, Charles serait déjà à genoux sur le plancher. Mais voilà, il y a un ange là-dedans… Et Charles ne travaille pas pour la même équipe. L’aider, ce serait moralement discutable. Une faute de goût.

Et si?

Braezel alternait toujours. Quel genre était-il la dernière fois? Femme! Une femme magnifique! Oh yeah, difficile à oublier celle-là! Sa prochaine incarnation devrait donc être un homme. Charles haussa un sourcil, soupesant l’individu. Ok! Après tout ce temps, peut-être avait-il perdu le coup de main? Les anges ont de toute manière des capacités limités en matière d’incarnation. Pas vrai? Pas comme les démons. Ils sont trop respectueux, hésitant.

Le jeune homme se leva et alla rejoindre Brian. Debout, flegmatique, inhumain d’indifférence. Il lui sourit. Il sourit à l’homme.

- Qu’est-ce qui se passe Brian? T’es désorienté, vieux?
Il s’accroupit près de lui, calme. Tout va bien, je suis là… Dis-moi, t’as rêvé? Après avoir tué l’opossum, pendant que tu étais à l’hôpital? Tu as entendu des voix? Humm, fit-il en hochant de la tête… Bien sûr… Une entité t’a parlé. Elle a été vraiment convaincante, c’est ça?

Le timbre de sa voix, son intonation, inhabituellement grave, donnait l’impression à son interlocuteur qu’il avait été abusé et que le jeune homme s’en désolait sincèrement. Les anges!

- T’en fait pas pour la chaise… Je vais aller te la chercher. Hey! Tu me connais, je suis toujours serviable.

Il lui tapota le sommet du crâne comme on calme un toutou anxieux. C’était un geste incongru mais c’était le genre de chose que faisait Charles A. LeRoy. Il glissa tout naturellement ses mains sur le visage de Brian, immobilisant ses pouces sur ses tempes en affermissant sa prise sur la mâchoire de l’homme. Il plongea son regard dans le sien.

Brian était mort. Mais son esprit n’avait pas encore complètement quitté son corps. Il était à moitié désincarné. Celui à qui il avait accepté de céder son corps avait du mal à prendre sa place. Charles préféra s’adresser à Brian.

- Ton copain, la voix dans ta tête, par hasard, se serait-il identifié? A-t-il donné un nom? Il se pencha vers l’homme, cherchant l’intimité dans le bar complètement désert. Quelque chose qui commence par B et qui rappelle le nom d’une pâtisserie? Parce que si c'est le cas, je voudrais lui dire qu'il est TRES en retard, tueur opossum.
Revenir en haut Aller en bas
Brian C. Harlan
Angel - Soldier of light
avatar
. :
Avatar : Tim Roth
Messages : 35
Points : 34


Feuille de personnage
Age du personnage: 51 ans
Pouvoirs:
Rumeurs:

MessageSujet: Re: Catfish Shack's   Ven 27 Mar - 1:39



C'est douloureux. Pas physiquement, bien qu'il ait des tambours dans le crâne et des élancements dans les jambes. Non, c'est tout ce qui n'est pas physique qui est douloureux. Son âme, en particulier. Il connait l'effet de l'âme qui n'est pas bien accrochés au corps, mais là, ça s'étire dans le temps. Braezel est confus, comme s'il avait trop bu. Pourtant, c'est la première gorgée de bière qu'il goûte depuis dix ans. Ouais, ça fait dix ans. Presque dix ans. Non, pire, parce que souvent on sait encore qui on est, même aux frontières du coma éthylique. Braezel sait pourtant comme tout ça fonctionne. Il a habité de milliers de corps humains avant. Brian est loin d'être son coup d'essai. Oui, l'ange est est parfaitement conscient. Et pourtant, plus il tente d'y voir clair, plus il s'embrouille.

- Ma voix, dit-il d'un ton pas très assuré, mais tentant, de toute évidence, de donner la réponse à laquelle on s'attends.

Braezel n'est pourtant pas du genre à s'embrouiller. Pas vraiment. Bon, peut-être un peu, mais pas comme ça. Et ça, l'ange le sait. Il se demande à quel point il le sait. Il sait qui il est pourtant. Braezel, un brave soldat céleste. Lorsqu'il y réfléchit, dans sa tête, tout est clair et limpide. C'est lorsqu'il veut le manifester, s'ancrer sur le plan terrestre que ça coince. Oh bon sang, est-ce qu'il se serait mal ancré ? C'est une possibilité, Brian avait si peu d'imagination. À moins que ce soit Brian qui s'accroche, tel une punaise. Oh oui, ça doit être ça. Replié sur lui-même, agités de tremblement, il ne réagit pas aux question de Charles, même si, bien que ça lui semble être très lointain, l'ange entends les questions, mais il a bien du mal à répondre. Et pourtant, il fait une autre tentative.

- Encore l'opossum. Il est mort...

Il réfléchit, soigneusement et il constate également qu'il tremble. Il observe sa propre main avec fascination. Mais il se lasse rapidement. Il recommence à s'agiter et de tenter quelques manœuvres pour se relever, mais il semblerait que ses jambes ne fonctionnent plus. Ou alors, c'est parce que physiquement, le corps est abîmé, mais si Braezel l'a réparé, il n'est pas tout à fait présent pour que tout fonctionne. Et bon, comme Brian n'a aucune imagination, essayer de lui faire croire que ses jambes vont bien, ça relève du peu probable. Peut-être que de choisir Brian, au final, ce n'était pas une excellente idée. Mais Brian avait tout plein d'avantages. Et de toute évidence, quelques désavantages. Brian n'avait aucune imagination. De se savoir mort, mais toujours vaguement présent devait être incompréhensible pour lui. Mais de toute évidence, il s'accrochait. Et solidement.

- En retard ? Mais qui est en retard, dit-il en dévisageant Charles, de très près. De trop près, sans doute, il détourne le regard après quelques seconde

Aucune imagination.
Revenir en haut Aller en bas
Charles A. LeRoy
Deamon - Prince of darkness
avatar
Avatar : Matty Wong
Messages : 28
Points : 43


MessageSujet: Re: Catfish Shack's   Mar 31 Mar - 3:36

Comment ça fonctionne pour les anges?

Des hommes. Jeunes. Parce que c’est ce qu’il a été et ce qui lui est familier. Les démons, contrairement aux anges, ont l’expérience de la vie. Et même si la condition de la femme a évolué au cours des siècles, il n’est pas tenté. Corbett aime choisir ses incarnations dans une même famille. Les spécificités et désagréments de l’incarnation passent pour une tare familiale. Génétique dirait-on pour la modernité. Ça attire peu l’attention quand des bizarreries se produisent sur plusieurs générations. Et puis l’âme combat moins puisqu’elle sait à quoi s’attendre. Elle est déjà résignée… Corbett se servait de ses capacités de medium pour combattre l’âme qu’il spoliait. Il abordait ses adversaires sans jamais les vaincre complètement. Ainsi l’âme de son incarnation restait toujours à la périphérie du démon. Ça avait des avantages et des inconvénients.

Et t’en penses quoi Charles?
Questionna-t-il comme s’il se parlait à lui-même.

Le jeune homme abandonna Brian sur le plancher du bar le temps de sortir chercher la chaise roulante. Un regard à droite, un regard à gauche. Pas de bagnole. Le seul moyen de transport disponible était sa vieille bécane. Ah oui... il a tué un opossum en enroulant sa voiture autour d'un arbre. Il n'a plus de voiture. Mais comment ce bougre était- il venu jusque là? Et surtout, où pouvait bien être sa chaise roulante? Oh lalalala. Le vieux était confus. L’ange qui s’incarnait en Brian n’était vraiment pas doué. Comme s’il entrait en concurrence avec l’âme du bonhomme, mais ne savait pas s’imposer. Charles ne se laissait pas démonter par si peu de chose. Il ramena une chaise imaginaire dans le bar, aussi serviable que sa nature le lui permettait. Charles pouvait être convainquant.

Si c’est avec des ‘Si’ qu’on referait le monde, imaginons ce que ce serait avec des ‘… et si…’ Et si c’était son vieil ami? Il avait disparu depuis 10ans. Soit il avait perdu son permis de séjours ou alors il avait définitivement été englouti par Katrina. Sa tentative d’hameçonnage n’avait révélé qu’une profonde déception. Les talents de Charles œuvraient pour établir le contact avec l’âme qui se trouve là mais il ne perçoit pas un signal clair. Elle est multiple, elle est dédoublée. Le pont entre l’âme et le corps est altéré. L’âme de Brian est mal accrochée mais elle est là et elle n’est pas seule. Mais l’ange incarné en lui ne se manifeste pas.

D’un geste sec, il déploya la chaise, fixa les freins, et la contourna pour aider l’homme à s’y assoir. Du bout du pied, il ramena une chaise toute simple sous ses fesses au dernier moment.

- Braezel… Humpf!! Eh bien, tueur d’opposum, tu aurais intérêt à perdre du poids!
Revenir en haut Aller en bas
Brian C. Harlan
Angel - Soldier of light
avatar
. :
Avatar : Tim Roth
Messages : 35
Points : 34


Feuille de personnage
Age du personnage: 51 ans
Pouvoirs:
Rumeurs:

MessageSujet: Re: Catfish Shack's   Jeu 2 Avr - 5:21


Lorsque les archanges lui ont demandés s'il se sentait parfaitement rétablit, il avait menti. Et maintenant qu'il constate qu'il est de toute évidence confus entre lui-même et Brian, il se dit qu'il n'aurait pas du mentir à ce sujet. Enfin, il n'avait pas tant menti que de répondre précisément à la question qu,on lui avait posé. Était-il prêt à redescendre sur terre. Oh oui qu'il était prêt. Ça ne signifiait pas qu'il était en état d'y aller, mais Braezel n'avait jamais été dans un état aussi déplorable. dix ans, ça ne représente presque rien pour un ange, mais c'était tout de même la convalescence la plus longue qu'ait eu à subir le soldat. C'était en fait la seule qu'il pouvait mentionner. Il avait déjà été blessé, secoué, mais jamais dans cet état. Une première. Et pourtant, il avait une réputation de casse-cou... et aussi un peu casse-couilles. Mais bon, il ne s'en fait pas avec ça.

Et là, il doit se rendre à l'évidence que ses jambes ne fonctionnent pas. Brian semble être fascinée de ne rien sentir sous la ceinture. Pour Braezel, Ça n'a rien de fascinant, c'est agaçant. Posséder un nouveau corps et ne pas pouvoir en user à sa guise, ça le contrarie. Il semble que Brian n'ait pas comprit ce que signifiait donner sa vie. De toute évidence, l'humain semble croire que ça signifie de lui donner une seconde chance. Mais pas du tout. Il ne lui donnait pas une seconde chance, il prenait sa place. Il semble à Braezel que Brian n'avait rien comprit à son discours. C'est bien la première fois que ça se produit. et pourtant, Brian n'avait aucune imagination. Il ne croyait que ce qu'il voyait... oh mince... c'était donc ça...

C'est pénible pour l'ange, de se retrouver à devoir tenter de voir le monde à travers l'âme de Brian. Parce que Brian semblait encore bien attaché à son corps. Braezel tente vaillamment de se frayer un passage, mais il a l'impression de se retrouver dans l'eau. Il a beau tenter de se frayer un passage, il se rapproche mais sans jamais pouvoir émerger. Il a une vision trouble du monde terrestre. Et il a l'impression de s'épuiser rapidement, comme si après quelques efforts, il perdait tout intérêt. Et la lutte contre Brian pour l'amener au Catfish a été pénible. De toute manière, à quoi bon, ce n'est peut-être pas le bon moment de s'incarner. Il est fatigué... Il a tout son temps, ce n'est pas comme s'il devait être là, à ce moment là exactement. Il a l'éternité non ?

Il a entendu son nom. Il en est persuadé. Encore une fois, parce qu'il sait qu'il a entendu son nom, il tente de se frayer un chemin à travers l'âme filandreuse de Brian.

- Braezel répète Brian, distraitement, tout en cherchant quelque chose qui pourrait attirer son regard. J'ai pas tuer d'opossum, j'étais là après, grommelle-t-il en se remettant à s'agiter. Bien sûr que j'étais là... se reprend-t-il. Quelques gouttes de sueurs perlent sur son front et ça n'a rien à voir avec la température. J'avais pas une bière ? interroge-t-il avec l'intention de masquer son malaise. Son regard passe du présent au hagard, du noisette au vert avec parfois une touche de bleu, puis se fixe au regard noisette du démon sous couverture. T'es un LeRoy, commente Brian, à moitié comme un reproche, à moitié comme une constatation. Mais ça n'a rien d'une affirmation innocente. Il ne s'agite plus, il semble même d'un très grand calme. Qui t'as parlé de Braezel ?
Revenir en haut Aller en bas
Charles A. LeRoy
Deamon - Prince of darkness
avatar
Avatar : Matty Wong
Messages : 28
Points : 43


MessageSujet: Re: Catfish Shack's   Dim 5 Avr - 5:26

Dichotomie. Le jeune homme lui jeta un regard en biais. L’âme de Brian avait basculé et l’ange en lui faisait surface. Accoudé de l’autre côté du zinc, du bout du doigt, il poussa le verre entamé vers le client.

- Il est là votre verre. Le verre que vous vous êtes servi tout seul parce que comme je vous l’ai expliqué, tueur d’opossum, je ne suis pas majeur…


Il eut un hochement de tête entendu.

- Charles Ambroise LeRoy! Oui, je suis bien un LeRoy! Les LeRoys sont une vieille famille de la région. Mes ancêtres étaient guides sur les canaux et les rivières. Des chasseurs de gibier d’eau. Nous sommes nombreux dans la région.

C’était une manière bien délicate de parler de braconnage. Mais les LeRoys étaient également connu pour être medium. Un pied dans chaque monde. Le regard de Charles erra un moment un peu à droite derrière Brian.

Le jeune homme avait bien envie de tendre une perche à l’ange, lui fournir une ancre à laquelle s’ancrer. Il l’aurait fait sans hésiter pour Braezel. Bon, ok, pour être honnête il aurait probablement exigé une contrepartie. Mais Charles n’était pas particulièrement honnête et Braezel comprenait ces choses-là. Sauf que rien ne prouvait que l’ange était le bon. Et s’il s’agissait d’un confrère à lui, rare était les anges qui avait les bonnes dispositions de Braezel.

- Vous connaissez Braezel? C’est un ami de la famille. Je l’ai bien connu mais il est disparu avec Katrina. Beaucoup de gens ont disparu à la Nouvelle Orléans.

Charles empilait, avec un talent certain né d’une longue expérience, des cacahouètes sur le zinc pour construire une tour.

- Vous savez, je pourrais vous montrer!


Parce qu’il y avait des esprits autours d’eux. En permanence. Et les esprits charrient avec eux des masses de souvenirs avec eux. Il y en avait toujours eu auprès de Corbett. Parce que les esprits sentent ces choses-là et ont tendance à s’attrouper autour de ceux qui leur sont réceptifs.

Sans attendre son assentiment, Charles tendit le bras et toucha le dessus de la main de Brian avec son index. Son et lumière. La luminosité du bar changea : Plus sombre. L’atmosphère s’alourdit également, plus humide, chargée d’effluve de nourriture, d’alcool, de fumée de cigarette et de ce fumet que dégage une salle emplie de gens. Le brouhaha d’un soir d’affluence, le grincement de la porte, le choc des boules de billard, le raclement des chaises sur le plancher et les voix de habitué et celle des serveuses… Une ambiance très familière. Ils y étaient. Ce soir-là Braezel et Corbett avait conclu un pacte. Un autre Braezel et un autre Corbett.

- C’est mon moment préféré de l’histoire.

Les LeRoys n’avaient jamais été reconnu pour abriter des médiums parmi leurs ancêtres.
Revenir en haut Aller en bas
Brian C. Harlan
Angel - Soldier of light
avatar
. :
Avatar : Tim Roth
Messages : 35
Points : 34


Feuille de personnage
Age du personnage: 51 ans
Pouvoirs:
Rumeurs:

MessageSujet: Re: Catfish Shack's   Lun 6 Avr - 5:16



- Je ne suis pas un tueur d'opossum, affirme-t-il d'un ton neutre, presque détaché.

Il pose les main sur le verre rapproché et en prend tout de suite une gorgée, comme s'il n'avait pas bu depuis une éternité, la gardant sur sa langue un moment pour bien y goûter. Ce n'est pas... non, ce n'est bien la bière qu'il prend. Brian aimait plutôt la bière faible... blonde, lager. Braezel préfère ce qui est plus... goûteux. Braezel préfère les brunes, voir les noires. Il baisse les yeux sur le verre et fronce le nez. Ce n'est pas mauvais. C'est juste moins savoureux. Il regarde son verre, l'air d'écouter distraitement ce que raconte Charles, mais il est beaucoup plus attentif qu'il n'y parait.

La présence de Brian s'affaiblissait lentement et Braezel prenait le dessus, mais c'est moins évident qu'il n'y parait. Brian lève les yeux de son verre et, encore une fois, regarde autour de lui, comme s'il voyait la pièce pour la première fois. Mais Ni Brian, ni Braezel ne voient cette pièce pour la première fois. Il est près d'un démon, ça il n'en doute pas. Et il doute qu'un démon ne sache pas reconnaître un ange. Et puis ce démon a prononcé son nom. Quel démon connait son nom ? Et surtout quel démon, connaissant son nom, n'a pas encore tenté d'éliminer un ange troublé ?

- Pas si nombreux que ça, murmure-t-il, s'adressant plus à lui-même qu'au démon.

Lui ? Un ami de la famille ? Oh, non, surement pas. Braezel n'est pas vraiment un ami de la famille. Bon d'accord, il prend parfois soin de la famille, du moins il l'a fait à quelques reprises, en l'absence du démon...  Braezel avait disparu avec Katrina... disparu ? Oh non, c'était bien pire. Il avait été pulvérisé, en milliards de fragments d'être.

- Braezel n'a jamais été du genre à disparaître, dit-il, sérieusement. Me montrer ? Oh...

Les mains toujours autour de son verre, il lève les yeux vers les images qui se forment, sans trop savoir si elles émanent de sa tête ou du démon. Mais les images font remonter des souvenirs à la surface et il sait très bien que ces souvenirs n'ont rien à voir avec Brian. Brian n'était pas né... Aussitôt cette constatation faite, Braezel pivote sur sa chaise et observe un point précis du souvenir. Un démon et un ange, qui discutent. L'homme est jeune et la femme n'est pas beaucoup plus âgée. Et le verre dans sa main éclate, éclaboussant Brian comme un peu autour.

- Grand dieu, commente l'ange avec cette intonation si caractéristiquement douce. Il secoue sa main avant de regarder la bière renversée. Quel gaspillage. Il parait que les goûts peuvent changer après un coma ou un traumatisme. Je refuse de boire de la bière si fade, commente-t-il comme si c'était naturel. Au moins, à ton âge, tu seras peut-être moins souvent ivre. Et il se retourne vers Corbett et ballait le comptoir devant lui d'une main. J'ai été pitoyable à ce point pour que tu hésites comme ça ? Il hoche la tête. Oui, il l'était. Il esquisse une moue boudeuse. Ça été horriblement pénible, vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
Charles A. LeRoy
Deamon - Prince of darkness
avatar
Avatar : Matty Wong
Messages : 28
Points : 43


MessageSujet: Re: Catfish Shack's   Dim 12 Avr - 4:24

- Non Braezel n’est pas du genre à disparaitre… Mais Katrina n’était pas un événement ordinaire. Charles se fit pensif un instant. Non, vraiment pas ordinaire… On a vu le meilleur comme le pire. Et puis les faits sont là : il a disparu depuis 10ans.

C’était long 10ans. Trop. Il s’était passé quelque chose. Corbett avait cherché à éclaircir ce mystère mais sans jamais trouver la solution. Peut-être que son patron a décidé de changer les termes de son contrat? Ou Peut-être qu’il n’était pas satisfait de son boulot et que Braezel a fait l’objet de mesures disciplinaires… Corbett sourit sans pouvoir se retenir. Mais non, était-il bête… Les anges ne sont que paix et amour, n’est-ce pas?

Charles se méfiait. Parce que même un ange diminué et mal accroché ne pouvait ignorer qu’il était un démon. Et puis Charles n’avait aucune envie de voir un gars de l’autre bord essayer de réduire les effectifs de l’enfer. C’est pas comme s’il respectait tous le pacte de neutralité / non-agression, n’est-ce pas? En outre, Corbett appréciait Charles et il n’avait aucune envie d’esquinter cette incarnation ci.

Un observateur inconnu n’aurait pas remarqué la présence d’un ange attablé avec un démon dans ce souvenir. Parce que les souvenirs sont menteurs. Ils ne sont qu’une représentation d’un point de vue très biaisé. Et si cet observateur inconnu aurait reconnu l’ancienne enveloppe de l’un ou de l’autre, il n’aurait malgré tout pas pu faire le lien avec Charles ou le Catfish Shack’s. Le jeune homme chargé de l’entretient n’avait qu’été témoin d’une scène banale qui se reproduisait tous les soirs. Seulement 2 personnes pouvaient se reconnaitre parmi tous ces gens et comprendre que c’était bien ce que le jeune homme désirait montrer. Son moment préféré de l’histoire.

- Pitoyable? Oh c’est toi qui a choisi cette eau de vaisselle! Moi je ne peux pas te conseiller! Expliqua-t-il avec un air de sainte nitouche, la main sur le cœur. C’est toi qui fait le service et je ne connais pas l’alcool! C’était vrai, d’une certaine manière. Alors ressert toi et raconte-moi ce qui a été tellement horrible.

Parce que si Corbett avait aiguillé l’ange sur la bonne voie et que celui-ci semblait bien le reconnaitre, lui, n’avait fourni aucune preuve de son identité. Il continuait d’empiler des cacaouète. Parce qu’une explication et une preuve solide était nécessaire. Ensuite on verrait où ils en sont et quel sont leurs projets d’avenir.
Revenir en haut Aller en bas
Brian C. Harlan
Angel - Soldier of light
avatar
. :
Avatar : Tim Roth
Messages : 35
Points : 34


Feuille de personnage
Age du personnage: 51 ans
Pouvoirs:
Rumeurs:

MessageSujet: Re: Catfish Shack's   Mar 14 Avr - 4:17



Braezel a un horrible mal de tête. Maintenant que Brian a foutu le camp pour de bon, Braezel ressent encore tous les effets d'un corps mal soigné. Bon sang, comment Brian a-t-il supporté cette douleur ? Il devait être inconscient de la douleur. Ils se partageaient le corps après tout. Braezel prend le temps de se frotter les tempes. Corbett a toujours été méfiant. L'ange ne doute pas de son identité. C'est Corbett qui a prononcé son nom en premier et si, bien sûr, tout ça aurait pu être un piège, le démon aurait eu pas mal de chance de tomber sur nom véritable nom du premier coup. Et puis, Braezel est un ange et les anges sont sensible à l'émotion qu'est l'espoir. Et il est convaincu d'avoir entendu de l'espoir lorsque le démon a prononcé son nom.

- C'est vrai, c'est trop long. C'était pas une disparition, c,était un accident... dit-il, encore un peu confus, mais avec meilleure allure que quelques minutes plutôt. Enfin, je crois que c'était un accident... s'interroge-t-il, la mine pensive.

Cette fois, s'incarner lui était pénible et douloureux. Pourtant, il l'avait fait des milliers de fois et c'était la première fois qu'il n'éprouvait pas de plaisir à prendre le contrôle d'un corps humain. Il avait menti, il n'était pas prêt à redescendre sur le plan terrestre, mais maintenant qu'il y est, hors de question de retourner là-bas. Il va prendre le temps de se soigner convenablement et retrouver sa forme d'antan. Maintenant qu'il a retrouvé Corbett, tout ira bien. L'homme eut un soupire et un sourire satisfait.

- Je suppose que c'est la sorte de Brian, fade et sans saveur ? Ça ne m'étonnerait pas, dit-il, en plissant le nez. Y a encore de la bière noire ? interroge-t-il en essayant de se redresse pour voir de l'autre côté du comptoir.

Douloureusement, il hoche la tête et grogne en se rassoyant. Il ferme les yeux un moment, le temps que la douleur passe. Trop d'efforts pour ce soir.

- Son AVC lui a bousillé le cerveau plus que je le croyais...  c'est la dernière fois que je prend un comateux... et là je parle pas des os... je vais éviter les gros trauma... Mais en fait, il se doute que c'est surtout parce qu,il n'est pas en parfait état lui non plus. Il regarde les éclats de sa pinte et esquisse une moue boudeuse qui, sur son corps précédent, aurait été adorable. T'es trop sage pour un gamin de ton âge.

Gamin, ça c'est un terme que Braz a souvent usé envers Corbett. Ils ont après tout à peu près 4000 ans de différence. Il jette un coup d'oeil vers une autre pinte, plus loin, et la distance qu'il aura à parcourir pour l'atteindre, tout comme la bière. Il grimace, puis jette un regard de biais à Charles.

- Je suis handicapé, plaide-t-il. Personne ne le saura. Et en même temps, tu vas pas en boire. Dommage pour toi d'ailleurs. Et c'est pas comme si t'avais pas largement dépassé l'âge.

Puis il semble se concentrer et essaie de se rappeler ce qui s'est passé il y a un peu moins de dix ans. C'est encore flou. Enfin, c'était plus clair lorsqu'il était dnas le plan du dessus, mais depuis qu'il côtoie Brian, il se souvient moins. Comme si le manque d'imagination de l'homme déteignait sur lui.

- Je crois que c'est un accident. Enfin, c'est ce qu'ils ont répété... mais je sais que c'est pas Katrina, parce que sinon, j'aurais été décoré, ou quelque chose du genre. Enfin, non, je sus trop modeste, j'aurais refusé les honneurs, mais ils me l'auraient proposés, dit-il en grimaçant à l'idée qu'avec les honneurs viennent les descente moins fréquente sur le plan terrestre. Beaucoup d'anges l'espèrent, mais jamais Braezel. C'est ce qu'il aime, lui, être sur le plan terrestre. Bref, j'ai été mis ko presque 6 ans et ils m'ont soigné et chouchouté au paradis le reste du temps. L'ennuie total, j'te dis pas, fait Braezel en grimaçant.

Braezel n'a jamais aimé le Paradis. Enfin, si au début, comme tous les anges, c'est si beau, si paisible, si serein... comme c'est ennuyant...
Revenir en haut Aller en bas
Charles A. LeRoy
Deamon - Prince of darkness
avatar
Avatar : Matty Wong
Messages : 28
Points : 43


MessageSujet: Re: Catfish Shack's   Sam 25 Avr - 3:40

Gamin? Seul un ange de près de 4000ans pouvait prononcer ce mot avec cette intonation. Et bien, la voilà la preuve qu’il cherchait! Braezel! Pourtant Corbett se contenta de lui dédier un sourire placide alors qu’il essayait de le convaincre de le servir.

- Hors de question, tu sais bien que je suis toujours les règles.

P.U.R mensonge. Corbett ne suivait qu’une seule règle. Celle de n’en respecter aucune sauf si l’opportunité lui était favorable.

- Tu peux finir de savourer celle-là, ou te lever pour aller t’en chercher une autre… On sait tous les deux que tu en es capable. Et puis les brunes ça n’a jamais été ton type.
Le jeune homme eut un sourire carnassier : Tu as été chouchouté 10ans au Paradis, est-ce que tu y aurais pris goût? Ne compte pas sur moi pour jouer les chérubins, je n’ai pas la vocation. Lève-toi et marche! Singea-t-il en ponctuant la citation en frappant le zinc de la main.

Il écouta ensuite ses explications embrouillées et se réserva un cours délai de réflexion à la fin.

- Un accident?
Releva le démon. Tu peux expliquer ce que tu foutais sur les digues avec les Garrett et Erich? Un ouragan, ce n’est pas comme une tornade. Ce n’est pas subit ni aléatoire. On en détecte la formation des mois à l’avance, on prédit leur force et leur trajectoire à l’heure près. Les autorités avaient ordonné l’évacuation de la ville plusieurs jours à l’avance parce qu’on savait que les digues allait céder. Pour un manque de timing, tu as fait fort!

Ce n’était pas ce qui était prévu. La famille mourait. Des chasseurs sacrifiés comme tant d’autres. Seulement cette fois ce n’était pas un démon qui devait se salir les mains. Erich survivait et grandissait sous la tutelle partagée de deux vieux amis de la famille. Un bon plan. Un projet d’avenir pour eux deux.

- Pendant 10 ans je me suis coltiner l’autre pimbêche. Laisse-moi t’expliquer : Katrina c’était pénible. Et Ayana lui a toujours fait concurrence à titre de catastrophe naturelle. Même dans ses bons jours. Mais une mère à laquelle on a enlevé son petit, c’est autre chose…

Charles ferma les yeux, semblant se remémorer quelque chose de particulièrement horrible.

- Elle m’a usé Braz… Elle est venue à bon de mon enveloppe au moins 5ans avant que je rende son corps à cette pauvre âme. Le type, il suffit qu’on prononce son nom pour qu’il devienne hystérique. Alors j’aimerais vraiment savoir ce qui t’a pris tout ce temps!

Revenir en haut Aller en bas
Brian C. Harlan
Angel - Soldier of light
avatar
. :
Avatar : Tim Roth
Messages : 35
Points : 34


Feuille de personnage
Age du personnage: 51 ans
Pouvoirs:
Rumeurs:

MessageSujet: Re: Catfish Shack's   Sam 25 Avr - 15:29



Même si Corbett a permit à Braezel de s'ancrer convenablement et que l'âme de Brian n'es plus dans le coin, l'ange n'est pas en pleine forme. Oh, il le feint bien, même les hautes autorités l'ont cru après tout, mais sans son ami son jeune ami démon, oh et bien sûr parce que Braz savait ou trouver Corbett, il serait encore confus, à ne pas savoir s'il doit marcher ou non, s'il est Braezel ou Brian. Maintenant, il le sait, mais ça ne signifie pas que ce soit moins pénible. C'est la première fois que c'est aussi pénible. Il vient de passer les quelques mois les pires de sa vie.

Ce qui n'a pas changé, c'est que son ami démon est égal à lui-même. Si on veut quelque chose de lui, on ne lui demande pas, surtout lorsque c'est pas très important. Braezel sourit avec le visage de Brian. C'est vrai, ces trois cent dernières années, sont type, c'était pas les brunes, ni les noires.

- C'est pas toi qui préfère les blondes ? il lui jette un regard de biais, souriant. Je vais quand même pas lécher le comptoir.

Avec précautions, puisqu'il ne sest pas relevé depuis que Charles l'a posé sur la chaise, il s'appuie contre le zinc et se lève, lentement et de toute évidence, péniblement. Le temps de s'approprier une nouvelle pinte, de brune cette fois, il revient s'installer sur sa chaise et remorque sa pinte en la faisant glisser sur le comptoir, à mesure qu'il progresse en s'appuyant dessus. Il a expliqué à Corbett ce qui en est, mais il doit avouer que tout ça n'est pas encore clair, mais les précisions que lui apportent son démoniaque ami lui rappellent quelques trucs. Braezel est d'une patience d'ange, il laisse terminer Corbett, même s'il a eu envie de protester bien avant. En attendant, il sirote sa peinte, avec délectation cette fois. Tellement qu'il ne semble pas attentif aux dernières plaintes de Corbett. Mais il entends tout. Et ce qu'il entends ne lui plait pas. Pas du tout. Il n'a pas le beau rôle. Braz finit par tourner un regard pâle, très pâle, trop pâle, sur Corbett.

- Je sais ce qu'est un ouragan, Corbett. J'avais mis les Garrett à l'abri, plus loin dans la ville, dans le pire des cas, ils auraient été secoués, mais... tu crois vraiment que je les aurais placés sur les digues parmi des tas d'anges, de démons, et autres trucs, qui devaient affronter la bête ? Je les avais mis à l'abri, ce n'était pas le temps de les sacrifier, pas à ce moment là. Qu'est-ce qu'il foutaient sur les digues... et avec Enrich... murmure-t-il, de toute évidence pensif.

Braezel n'est pas du genre colérique. D'accord, un peu soupe au lait, mais pas colérique. Braz est un bon petit soldat, enfin dans le sens qu'il prend des risques constamment et qu'il ne prend pas la peine d'écouter ses craintes. Prudent, mais fonceur. Un bon combattant, il ne recule devant rien. Ce n'est pas son genre de faire n'importe quoi, de manquer de timing. Il serre la mâchoire et se vexe. Il aurait été sublime dans son enveloppe charnelle précédente. Là, il n'a l'air que d'un homme courroucé et vexé. Et pourtant...

Je sais que ça du être très pénible. Ayana a toujours été égocentrique et... il balaie l'air de sa main. Ce n'est pas Katrina qui m'a pulvérisé, dit-il en choisissant le mot pulvérisé avec attention, c'est un ange. Il semble qu'il a perdu le contrôle de ses pouvoirs. Il a tuer un tas d'alliés à ce moment là. C'est ça l'accident. Pas Katrina. Tu crois vraiment que je me serais laissé tuer pas Katrina ? Je n'ai pas tellement l'âme du sacrifié. Les trucs d'anges font beaucoup plus de dégâts que les trucs de démons sur les anges. Ce petit con a bien faillit me tuer, Corbett, pour vrai. Après quatre mille ans, j'ai faillit être tuer par un jeune blanc bec !

Sa voix a les intonations de la déception. Entre ses mains, sa pinte craque. Il s'en rend aussitôt compte et la pose sur le zinc. Il ne va quand même pas en faire éclater une deuxième.

- Tout comme Brian, je suis un convalescent. Mon essence a été abimée, vraiment très abimée. Et le Paradis est en très mauvais état, j'ai été obligé d'aider à reconstruire puisque j'étais trop mal en point pour redescendre. Pénible, vraiment pénible. J'ai mentit pour revenir aussi tôt. J'ai dit que j'allais parfaitement bien. J'ai été convaincant.

Ou alors les Hautes Instances veulent se débarrasser de lui. Mais ça n'arrivera pas. pas deux fois.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Catfish Shack's   

Revenir en haut Aller en bas
 

Catfish Shack's

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

NEW ORLEANS - « The occult side » :: New Orleans :: Everywhere else.+